La Seine-et-Marne s’est profondément transformée ces dernières années, sous l’effet d’une urbanisation et d’un développement accélérés. Elle est désormais le dixième département le plus peuplé de France. Ce dynamisme démographique s’accompagne d’un fort développement économique, comme en témoignent la création de plus de 100 000 emplois ces 20 dernières années et le très fort taux de création d’entreprises.

Avec une superficie de 5 915 km², la Seine-et-Marne est le plus grand département d’Île-de-France. Elle représente, à elle seule, 49% du territoire régional. Situé en Grande couronne francilienne, c’est le département français qui compte le plus de départements limitrophes (dix au total) :

  • en région Île-de-France : la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, l’Essonne, le Val-d’Oise,
  • en province : l’Aisne, l’Oise, la Marne, l’Aube, l’Yonne et le Loiret.

Dans un contexte de plus en plus digitalisé et concurrentiel, de nouvelles méthodes ont vu le jour grâce à l’existence des nouvelles technologies, permettant ainsi aux entreprises de se réinventer en termes de recrutement pour attirer et fidéliser de nouveaux talents.
Les métiers du recrutement évoluent face à de nouveaux outils qui modifient en profondeur tout un secteur d'activité. Les plateformes numériques de mise en relation "à la Uber" n’épargnent pas le secteur du recrutement, de nombreuses solutions digitales se succèdent.

Si trouver des candidats s’avère plus accessible désormais avec l’évolution des nouvelles technologies, quelle est la valeur ajoutée d’un cabinet de recrutement ? Comment donner du sens à la prestation de recrutement ?
Dans ce dossier nous présenterons dans un premier temps les outils numériques et par la suite quels sont les intérêts pour les entreprises de mandater un cabinet de recrutement.

 

Le lien entre emploi et croissance économique n’est pas toujours direct, mais il n’est pas brisé pour autant. Les économistes retracent la relation entre emplois et croissance à l’aide de la loi d’Okun , selon laquelle une hausse de la croissance fait reculer le chômage.

Suite aux différentes études économiques publiées (INSEE, OCDE), trois projections semblent plausibles dans le cadre de la conjoncture des mois à venir :

  • Le scénario d’une croissance soutenue, qui devrait s’appuyer sur les investissements et par l’intervention du commerce extérieur,
  • Le scénario d’une croissance dynamique, relative à l’enclenchement de différents moteurs de croissance : investissement et relance de la consommation,
  • Le scénario d’une croissance bridée qui se caractérise par une incertitude des études des acteurs de l’économie, qui hésiteraient à investir et à consommer.